L’épreuve du coiffeur

Certaines vont avoir besoin de prendre des petites granules blanches au nom latin pour aller chez le dentiste, d’autres vont se gaver d’anxiolytiques avant de prendre l’avion, et bien moi avant de me rendre chez le coiffeur je fais une séance de yoga pour être la plus zen possible au moment de franchir sa boutique.

coupe..

Je n’avais plus mis le pied chez ce fou des ciseaux depuis 3 ans ! 3 années sans le moindre stress capillaire, j’avais tout simplement refusé d’infliger une quelconque idée saugrenue à mes cheveux. Non je ne voulais plus qu’ils subissent les armes incontrôlables de ce maniaque de l’épi, je ne voulais plus qu’il me malmène le bulbe avec des produits nauséabondes et chimiques, je voulais simplement laisser vivre ma tignasse. Il y a 3 ans je rendais la liberté à mes tifs prisonniers depuis toujours des mains imprévisibles de ces coiffeurs avides de toujours plus de transformations.

J’ai vécu cette période comme un vrai bonheur, comme l’étudiante qui quitte le nid familiale ; un peu craintive au début car elle ne sait pas vers quoi elle va mais si indépendante. J’étais à l’écoute de mon cheveu, je le soignais, le bichonnais, le chouchoutais. A 2 reprises voyant qu’ils commençaient à prendre de la longueur M Confetti me les a raccourci avec un gadget assez pratique.

Et puis la tentation a commencé à pointer le bout de ses ciseaux, d’abord avec Mamie Confetti qui est revenue un beau jour avec un coupe à faire pâlir plus d’un Papy puis Charlotte et son joli carré. J’ai lutté quelque temps mais samedi j’ai commencé à farfouiller sur Pinterest et je suis tombée sur cette photo :

coiffure

Bon ok on ne voit pas grand chose !

En moins de 5 minutes j’avais ruinée 3 ans de combat, d’efforts, de convictions, j’étais lâche et le rendez-vous était pris pour 15h. Ma petite demoiselle serait ma petite granule homépathique si l’angoisse venait à me surprendre, elle serait là pour m’apaiser.

14h55 : j’étais déjà assise devant le miroir, oui j’avoue cette coupe je la voulais et mon impatience se lisait dans ma gestuelle épileptique. La coiffeuse m’a calmé nette en piaffant  à sa collègue qu’elle ne voyait rien sur cette photo, que ça n’allait pas être une partie de plaisir. Sur ses mots tout m’est revenue, pourquoi je n’allais plus chez le tailleur de tifs, comment ils procédaient, comment ils remuaient la petite cervelle de leurs clients, comment ils n’en faisaient qu’à leur tête. J’avais beau regarder ma petite demoiselle le stress m’envahit et sur ce fauteuil je devenais moite, rouge, j’avais chaud, plus elle coupait plus elle me montrait ma faiblesse, mon échec cuisant, mes 3 ans partis en fumée.

Alors à quoi bon lutter de toute façon j’étais là, et j’ai finalement baissé la garde quand elle m’a lavé les cheveux, j’ai même accepté de me faire dorloter par son fauteuil massant, j’ai même fermé les yeux pendant quelques minutes, j’ai même apprécié ses mains sur mon cuir chevelu, j’ai même trouvé que le temps était vite passé. Et quand elle m’a montré le résultat j’ai même apprécié son travail ; ma nouvelle tête, ma nouvelle coupe (qui ne ressemble pas vraiment à la photo ci dessus hum hum !), les reflets dans mes cheveux.

coupe

Allez hop un demi-selfie vite fait pour vous montrer. 20cm en moins ça allège !

 

En quittant le salon je me suis jurée de ne plus jamais restée 3 ans sans aller chez le coiffeur, j’avais oublié le bien être que ça procure quand une coupe est réussie (je le précise !).

Et vous quel est votre rapport avec le coiffeur ? Vous y allez à reculons ou vous êtes une aventurière dans l’âme et rien ne vous effraie ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commande V-inc et revue produits (Victoria’s Secret, Yankee Candle, Bath&Body Works)

Aujourd’hui, on va parler d’un site qui permet de se procurer des marques auxquelles nous petites françaises (et belges également) avons du mal à trouver surtout quand on est provinciale comme moi. Alors même si j’ai le Luxembourg à 10 minutes de chez moi qui propose parfois des petites merveilles je n’ai malheureusement pas accès à tout.

Et quand j’ai entendu parler de V-inc j’ai carrément sauté sur l’occasion de tester ce site

P1100476

Déjà V-inc c’est quoi ?

Il s’agit d’un e-shop qui propose les marques américaines dont on entend beaucoup parler ces derniers temps (Bath & Body Works, Victoria’s Secret, Pink, Soap& Glory et Aussi).
Le site est vraiment clair sans chichi et dispose d’une belle palette de produits. Les tarifs sont plutôt corrects ; si je compare les prix des Yankee Candle que j’achète chez un fleuriste luxembourgeois ça se tient.
Je n’ai rien à redire concernant la préparation, le suivi et l’envoie de ma commande ; on est averti pour toutes les étapes et j’ai reçu ma commande très rapidement.

Je dirais que ce site a 2 petits bémols tout de même ; la disponibilité des produits, gros succès veut dire du mal à se réapprovisionner et j’ai également trouvé la description des senteurs assez moyennes, j’aime quand on me décrit exactement ce que je vais avoir sous le nez pour me faire une idée.

P1100469

Les produits commandés :

Victoria’s Secret :

Alors j’avais hâte de tester leurs brumes et Marion de Winter& Mint m’en avait conseillé une suivant mes goûts malheureusement n’étant pas dispo j’ai regardé plusieurs vidéos Youtube pour faire mon choix qui s’est porté sur celle-ci :

- Moonlight Dream : Je ne sais pas vous mais j’ai lu et entendu partout que la plupart adore leurs flacons, pour ma part je les trouve cheap, rococo à souhait ! Concernant le parfum en lui-même, je n’ai pas aimé ce mélange floral, je ne l’ai pas trouvé raffiné du coup c’est Mamie Confetti qui en a hérité. Elle l’apprécie mais sans plus et puis il ne tient pas

Yankee Candle :

Oui je sais j’avais dit « JAMAIS » mais j’ai craqué à la sortie de l’hiver quand j’ai eu besoin de réconfort et puis là j’ai recraqué car avec ce fichu régime j’ai besoin de gourmandises alors pour éviter de craquer j’hume des senteurs gourmandes :

- Summer Scoop : gros coup de coeur pour cette tartelette. Elle convient pour toutes les saisons sans souci. Elle sent la glace aux fruits rouges réchauffée par une note de vanille. Quand la pièce est bien imprégnée, on retrouve des effluves de barbapapa.

- Pink Sands : son nom m’a fait rêver son odeur moins….les parfums floraux ne sont pas ceux que j’aime le plus et ça s’est vérifié une fois de plus par cette tartelette. Même si un mélange fruité vient s’ajouter je ne l’aime pas trop, d’ailleurs son parfum est assez puissant peut être qu’en jarre ça aurait été plus léger.

- Waikiki Melon : une très jolie association de senteurs entre le melon juteux et la pêche. C’est frais, acidulé tout en étant gourmand.

P1100471

Bath and Body Works :

Alors clairement il n’y avait que les bougies qui me tentaient mais j’ai tout de même voulu tester un gel douche :

- Gel douche Carried Away : au jour d’aujourd’hui ce gel douche caractérise tout ce que je fuis en matière de cosmétique ; une odeur chimique de parfums exotiques et bourré de cochonneries. Après si tout ça ne vous pose pas de problème, ça reste un bon produit lavant.

- Bougie Blackberry Spice : ça démarrait plutôt mal avec cette bougie, en effet elle sent le pot pourri et sa diffusion est assez forte. Sans doute le produit que je n’ai vraiment pas du tout aimé.

- Bougie Carribean : une bougie très fruitée, sucrée. J’aime mais c’est pas non plus le grand coup de coeur, je m’attendais à plus d’exotisme et au final le parfum ne semble pas travaillé plus que ça.

- Bougie Raspberry Peach Macaron : ma préférée, ultra gourmande, juste ce qu’il faut quand on aime les effluves sucrées. Un parfum qui se rapproche du macaron en pleine cuisson, assez bluffant ! Par contre je la laisse seulement un quart d’heure car après je la trouve trop entêtante.

Au final bilan assez mitigé, ce site bien que très « pro » propose beaucoup de produits certes tendances mais à la compo plus que moyenne. Aussie, Pink, Soap& Glory sont certes attrayants mais ne corespondent plus du tout à mes attentes du coup j’ai tenté les bougies mais clairement je préfère opter pour des bougies plus naturelles made in France même si de temps en temps je me laisserai peut être tenter par Christmas Cookie de chez Yankee Candle par exemple.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Muffins chocolat blanc et cranberries

Je viens partager une recette aujourd’hui que je fais volontiers quand je n’ai pas un temps foufou devant moi mais que j’ai une envie gourmande qui me tombe dessus sans prévenir.

04 recette

Mamie Confetti a le chic pour acheter des trucs qu’on ne trouve pas à tous les coins de rue et qu’on ne maitrise pas toujours en cuisine. Genre « Oh chérie j’ai dégotté du Gombava, tu sais toi avec quoi l’associer ? » Nom improbable jamais entendu donc non ! Ou encore « ohlala je suis super contente j’ai trouvé des jujubes et apparemment en confit c’est délicieux, tu sais comment le préparer toi le jujube? » Euh le quoi ???? Jamais entendu. Je vous promets que c’est véridique ; au moins une fois par mois y a forcément un ingrédient chelou qui se radine dans les placards de Mamie Confetti, c’est une exploratrice culinaire !

Le truc c’est que parfois certaines de ses trouvailles se retrouvent chez moi car elle n’aura pas eu d’idée pour associer son produit venu d’ailleurs et ce fut le cas pour les cranberries séchées.

Quand elle m’a proposé le sachet j’ai accepté par curiosité, j’avais goûté la Cranberry en boisson mais c’était tout et puis après quelques recherches sur internet j’ai tenté cette recette super simple qui est une réussite à coup sûr !

Recette pour 12 muffins :

01 recette muffins

- 260g de farine,
– 1 sachet de levure chimique,
– 100g de sucre,
– 2 oeufs entiers,
– 20cl de lait,
– 70g de beurre fondu,
– 80g de Cranberries séchées
et 100g de chocolat blanc

05 recette

- Préchauffer le four à 180°c (four traditionnel).

- Mélanger la farine, le sachet de levure chimique et le sucre dans un récipient,

- Dans un autre contenant, mélanger les oeufs entiers battus, le lait ainsi que le beurre fondu,

- Verser ensuite les ingrédients liquides dans les ingrédients secs sans trop mélanger,

- Ajouter pour finir les Cranberries séchées et le chocolat blanc coupés en gros morceaux,

- Remplir les caissettes rigides à muffins (pour cette recette je n’en avais plus du coup j’ai pris des souples) aux 2/3 et enfourner pendant 18 minutes environ.

02 recette

Le + : les manger légèrement tièdes pour que le chocolat blanc soit encore un peu coulant. Le lendemain (quand il en reste) je les repasse un peu au micro-ondes.

Passez un bon dimanche !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Hei Poa Elixir d’amour, l’édition en marge du soin traditionnel au Monoï

L’été approche et quand je pense à cette saison j’ai de suite les souvenirs olfactifs du Monoï qui me viennent à l’esprit, j’aime son parfum chaud, exotique et presque réconfortant. Alors bien évidemment quand 1001 pharmarcies m’a proposé de tester l’édition 2014 d’Hei Poa si joliment nommé Elixir d’amour je n’ai pas hésité bien longtemps.

P1100903

 

L’élixir d’amour, Monoï Umuhei, est la contraction de deux mots polynésiens : Umu (aphrodisiaque) et Hei (couronne de fleurs). Si la St Valentin était en été il aurait eu sa place à coup sûr tant ce produit une ode à l’amour ! La marque a voulu à travers un flacon, recréer l’ambiance polynésienne où les femmes confectionnent des colliers aromatiques de fleurs, fruits et épices. Elles les portent toute la journée et parfument ainsi leur chevelure et leur peau tout en sensualité. Le soir venu, elles les font macérer dans de l’huile de coco afin de préparer un onguent de massage aux vertus aphrodisiaques !

Je me voyais mal me balader fleurs sur la tête pour aller chercher ma petite demoiselle à l’école « Ecoute chérie j’embaume mes cheveux pour ensuite faire un massage d’amour à ton père ce soir » Non clairement ça le fait moyen ! Perpétuez la tradition pourquoi pas mais si tout se trouve direct dans un flacon je dis oui !

P1100891

 

Une fois entre les mains, j’ai pu constater que la marque avait fait fort au niveau du visuel, le design du flacon aurait pu être destiné à un parfum ; raffiné, aux couleurs d’une nuit d’été, bref j’aime beaucoup, on en oublierait qu’il s’agit de Monoï…et c’est bien là le souci….

Une fois dans le creux des mains, un parfum très fort me frappe. Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce type de produit laisse dégager ce genre d’effluves. Oui forcément avec l’association de 7 plantes polynésiennes on ne pouvait qu’obtenir quelque chose de marqué mais ça me perturbe. 

Je m’en applique sur les bras et l’huile pénètre divinement bien laissant un film satiné à la peau. Ce Monoï Umuhei est un produit naturel (96% de Monoï de Tahiti Appellation d’Origine). Il rend la peau extrêmement douce mais ce parfum ne me quitte pas. Je m’étais mis dans l’idée de faire un bain d’huile de Monoï à mes cheveux mais il n’en sera rien ; ses effluves entêtantes me donneraient presque mal à la tête. Ces notes de tête ressemble à s’y m’éprendre à une eau de parfum, beaucoup trop fortes pour un produit à appliquer partout sur le corps et surtout trop éloigné du bon vieux Monoï que je connais et qui me rappelle plein de souvenirs.

P1100906

Bilan :
Effectivement on est sur une édition qui se veut différente du produit d’origine mais j’aurais aimé retrouver ne serait-ce qu’une légère effluve de Monoï, les parfums floraux sont trop présents et gâche à mon sens le produit qui a de vrais qualités pour le corps et les cheveux.

Et vous, l’avez testé ? Seriez-vous tentés par une version revisitée ou vous êtes adeptes du Monoï et le préférez sans chichi ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’endométriose, on en parle pour agir (un petit clic pour la bonne cause)

Billet assez différent de d’habitude mais parfois pour la bonne cause il est bon de prendre un peu de temps pour les autres (voir la fin du billet).

La première fois que j’ai entendu parler de ça, c’était il y a 8-9 ans, une collègue au détour d’une conversation m’avait annoncé qu’elle était touchée par cette maladie. Pour moi l’endométriose était un nom barbare mais à ce moment-là bien trop égoïste et centrée sur mon propre petit bidon qui grossissait à vue d’œil je ne me suis pas souciée plus que ça de ce que pouvait vivre cette jeune femme.

Et puis la vie a continué son petit bonhomme de chemin et autour de moi, j’entendais de plus en plus souvent parler de cette maladie jusqu’au jour où j’ai appris que ma belle-sœur était touchée, j’allais alors découvrir le véritable mal qui ronge ces femmes !

endo

Mon regard :

Mariés depuis 2 ans, tout le monde commençait à les titiller sur le fait qu’un petit BéBé tardait à venir sans se douter de quoique ce soit, sans savoir qu’eux aussi commençaient à se poser des questions, sans soupçonner qu’ils avaient déjà quelques rendez-vous derrière eux pour en savoir plus. Et puis comme toujours la médecine dans toute sa splendeur est intervenue à coups d’hormones et autres joyeusetés sans même chercher à savoir pourquoi ce BéBé ne venait pas, et pendant ce temps sans le savoir la maladie prenait des forces, devenait plus invasive et commençait doucement à montrer de quoi elle était capable.

Après un an de traitement pour être plus féconde, des signes inquiétants apparaissaient, sa fatigue, sa pâleur, son inquiétude décelable, ses maux de ventre quasi chroniques. Alors elle a voulu en savoir davantage et se poser pour chercher à comprendre son corps. Et puis il y a eu ce verdict : elle souffrait d’endométriose et avant d’envisager le bébé il faudrait réparer son corps abîmé par cette cochonnerie car elle avait fait de gros dégâts. Une lourde opération a été nécessaire pour soigner les organes touchés. Un traitement a été mis en place mais voilà cette maladie encore trop méconnue mais qui touchent pourtant de plus en plus de femmes ne se guérit pas, elle est apaisée par différents solutions et surtout pour de nombreuses femmes mène à l’infertilité.

Son témoignage :

Dans mon cas, je pense que la maladie a commencé quand j’étais au lycée car j’avais déjà de très fortes douleurs au ventre et au dos pendant les règles. Le plus dur était toujours le matin au lever : je me rappelle avoir passé beaucoup de temps accroupie dans ma salle de bains pour essayer de soulager la douleur. A 16 ans, le Spasfon ne fonctionnait plus et les médecins m’ont prescrit des anti inflammatoires qui étaient efficaces…

Efficaces au début… les douleurs se sont réellement calmées lorsque j’ai pris la pilule. Elles étaient toujours là, mais étaient désormais supportables.

Lorsque nous avons entamé notre projet de bébé, l’arrêt de la pilule a relancé les douleurs. Chaque cycle, un peu plus fortes et un peu plus longues. Tant et si bien que les anti-inflammatoires ne soulageaient plus du tout. Le bébé n’arrivant pas, j’ai été placée sous stimulation hormonale. Ce qui a boosté la progression de la maladie qui s’est déposée sur les intestins entraînant des troubles digestifs, de plus en plus fréquents au point d’handicaper ma vie professionnelle et personnelle.

Le tout sans alarmer le moins du monde mon gynécologue…

Ce n’est que lorsque nous nous sommes orientés vers l’Aide Médicale à la Procréation que les bons examens ont été faits et que le diagnostic est tombé : endométriose profonde de stade 4 avec atteinte digestive.

Aujourd’hui, après une lourde intervention chirurgicale pour réduire la progression de la maladie, et 6 mois passés l’année dernière sous ménopause artificielle, les douleurs sont encore là, le risque de récidive bien présent, et notre projet parental passera nécessairement par une FIV.

Le plus révoltant est que la maladie aurait pu être diagnostiquée et circonscrite bien plus tôt, si les médecins ne m’avaient pas convaincue qu’il était normal de souffrir pendant les règles et avaient été formés à identifier cette maladie…

endometriosis_heart_ribbon_collage_beer_label

L’endométriose, l’association :

Pour simplifier, cette maladie, c’est le développement de la muqueuse utérine un peu partout dans le ventre, provoquant de violentes douleurs lors des règles.

Alors voilà aujourd’hui par le biais de ce blog, je viens vers vous pour vous demander de signer une pétition mis en place par le collectif  Agir contre l’endométriose. Ce collectif regroupe 4 associations : Endofrance, Ensemble contre l’endométriose, Lilli H. contre l’endométriose et Mon Endométriose Ma Souffrance, chacune avec leurs spécificités, continuent à mener leurs actions indépendamment du collectif.

Le but de cette pétition est d’une part faire connaître l’endométriose, une maladie qui touche 15 à 20% des femmes sans qu’elles ne le sachent, pour la plupart. D’autre part, mobiliser le secteur médical pour faire évoluer le dépistage, la formation et la recherche de remède.

Ils manquent des signatures et ça serait vraiment génial si vous preniez le temps de cliquez ici .

Logo+nvel-adresse

Rendez-vous sur Hellocoton !